L'INFIRMIÈRE AUJOURD'HUI

L’infirmière voit la personne dans sa globalité. C’est pourquoi, selon Anne Plante, elle est la mieux placée pour aider le patient à jouer un rôle actif sur le plan de sa santé. Celui-ci devient ainsi un précieux collaborateur pour l’infirmière et l’équipe de soins.

Un réseau pour lutter contre le cancer

L’élaboration et la publication en 1998 du Programme québécois de lutte contre le cancer ont permis de découvrir des lacunes dans les soins et les services telles que la difficulté d’accès à certains services notamment en soins palliatifs, le manque d’humanisation dans la transmission de l’information aux personnes atteintes et le manque de soutien à toutes les étapes de la maladie.

plante_ref1.jpgDepuis, on a implanté des équipes multidisciplinaires, des réseaux intégrés et fonctionnels de professionnels de la santé, afin d'assurer l'excellence des soins et des services offerts tant aux patients qu'à leurs proches.

Ministère de la Santé et des Services sociaux, Québec, « Direction de la lutte contre le cancer — Orientations prioritaires 2007-2012 ». On peut consulter le document en version PDF sur ce lien.

La Montérégie, une région pionnière

La Montérégie est l'une des premières régions au Québec à travailler en équipe en oncologie. Depuis 2000, les 11 CSSS et l'Hôpital Charles-Le Moyne partagent la même philosophie de soins, soit d'être centré sur le patient. Le RCM, le réseau cancer Montérégie, voit à l'orientation stratégique et à la gestion des activités en collaboration avec tous ses partenaires. Il est assisté par des comités régionaux par spécialité, des comités de programme et le comité régional de lutte contre le cancer. Ce dernier exerce un rôle-conseil auprès du comité directeur.

Pour ses 10 ans, le RCM a produit cette vidéo
http://www.youtube.com/watch?v=Ttm3zdS6QR8

L’infirmière pivot

Dans une équipe multidisciplinaire, un professionnel doit s'assurer de la cohésion du réseau. L'infirmière est la mieux placée pour ce faire. C'est ainsi qu'est né le rôle d'infirmière pivot centrée sur les compétences nécessaires pour évaluer l'ensemble des besoins de la personne atteinte et de ses proches. L'infirmière pivot place la famille au cœur de ses interventions.

Elle évalue les besoins et s'assure qu'on y apporte des réponses. Elle soutient et informe le patient et ses proches tout en assurant la coordination et la continuité des soins. Des rôles infirmiers semblables existent dans le reste du Canada et ailleurs, souvent sous le titre de Nurse navigator.

Deux dimensions définissent le rôle de l'infirmière pivot. La première, axée sur le système de santé, consiste à faciliter la continuité des soins pour que le patient perçoive son expérience de soin comme étant cohérente et connectée, tant sur le plan de la continuité de l'information que de la gestion de la maladie et de la continuité relationnelle. La deuxième dimension, centrée sur le patient, porte sur l'autonomisation, la responsabilisation du patient et de sa famille. Elle regroupe des interventions favorisant une adaptation active du patient et de sa famille, en les soutenant dans leurs habiletés pour regagner du contrôle, quelle que soit l'issue de la maladie et en fournissant les soins et les services qu'ils jugent nécessaires pour répondre à leurs besoins physiques, informationnels, pratiques, émotionnels, sociaux et spirituels.
Les Orientations prioritaires 2007-2012 du Programme québécois de lutte contre le cancer prévoient des mesures pour optimiser le nombre requis d’infirmières pivots en oncologie.

Références
Lise FILLION « Mieux comprendre le rôle de l’infirmière pivot en oncologie », CHUQ en action, 15 janvier 2012 http://www.chuq.qc.ca/fr/actualites/nouvelles/infirmiere_pivot_oncologie.htm

Ministère de la Santé et des Services sociaux, Québec, Colloque sur l’infirmière pivot en oncologie (2004)
http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/prob_sante/cancer/index.php?aid=23

Anne Plante

Depuis une quinzaine d’années, Anne Plante a collaboré à la mise en œuvre du Programme québécois de lutte contre le cancer et travaillé à mettre en place une structure régionale de soutien pour l’ensemble des intervenants en oncologie en Montérégie. Elle a aussi joué un rôle important dans l’implantation de la fonction d’infirmière pivot en oncologie pour optimiser le travail des équipes interdisciplinaires dans cette spécialité. Elle enseigne les soins à la famille à l’Université de Montréal. Elle a reçu le Prix Florence 2006 pour l’excellence des soins.

La contribution exceptionnelle d’Anne Plante à l’excellence des soins pourrait se traduire par ces quelques mots : un alliage parfait entre l’art et la science des soins, une stratégie politique du changement organisationnel et des valeurs humaines enracinées dans l’action. Son travail a transformé en profondeur la prestation des soins aux personnes atteintes de cancer en Montérégie, dont les effets positifs se sont fait sentir sur l’ensemble du milieu et des intervenants impliqués. (OIIQ, prix Florence 2006.)
http://www.oiiq.org/lordre/prix-et-distinctions/prix-florence/toutes-les-recipiendaires/recipiendaires-2006/excellence-d

Bibliographie
Anne PLANTE, Sonia JOANNETTE, (2009), L’intégration des infirmières pivots dans les équipes d’oncologie en Montérégie, un aspect de l’implantation du Programme de la lutte contre le cancer, Centre intégré de cancérologie de la Montérégie, Partie 1, Conj. Spring, p 13-18.

Anne PLANTE, Sonia JOANNETTE, (2009), L’intégration des infirmières pivots dans les équipes d’oncologie en Montérégie : Le processus. Centre intégré de cancérologie de la Montérégie, Partie 2, Conj. Summer, p 73 -77.

Anne PLANTE, (1992), Lhistoire de Josée : pour expliquer la mort à un enfant qui va perdre un parent, Montréal, Éditions Paulines.

Anne PLANTE, (1992), L’histoire de Jonathan, comment expliquer la mort d’un frère ou d’une sœur, Montréal, Éditions Paulines.

Anne PLANTE, (1992), L’histoire de Charlotte et Philipe, comment expliquer la mort d’un grand parent. Montréal, Éditions Paulines.

Lectures suggérées

Pépin001.jpg

Jacinthe PÉPIN, Suzanne KÉROUAC, Francine DUCHARME, (2010), La pensée infirmière, Montréal, Chenelière éducation, 3e édition, 206 p.

Dans la troisième édition de ce livre classique des sciences infirmières, une réorganisation des chapitres permet de mieux enchaîner les perspectives théoriques, historiques et pratiques. La révision du contenu théorique s’appuie sur une pensée infirmière renouvelée et les auteures ont ajouté un nouveau chapitre qui présente la nécessaire contribution des infirmières sur le plan politique dans le contexte actuel.

Duhamel.jpg

Fabie DUHAMEL (2006) La santé et la famille, une approche systémique en soins infirmiers, Montréal, Gaëtan Morin Éditeur, 2e édition, 300 p.

Cette nouvelle édition, outre l'actualisation du contenu et des références sur le nursing familial et l'approche systémique en soins infirmiers, conserve ses valeurs sûres et propose des nouveautés : la dimension culturelle des soins à la famille, une liste des questions les plus fréquemment posées par les infirmières, accompagnées de leurs réponses, une nouvelle nomenclature d'interventions.