Les soins aux plus agés

Le CSSS-IUGS

Le Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (CSSS-IUGS) offre des soins et des services de nature préventive et curative à toute la population de Sherbrooke, en plus d’intégrer une offre de services complète spécialisée pour les soins aux personnes âgées du Québec.

L’évaluation physique et cognitive des personnes âgées ainsi que leur autonomie et leur maintien à domicile constituent une priorité pour le CSSS-IUGS. De nombreuses ressources permettent aux usagers et à leurs proches d’obtenir du répit et du soutien de toute sorte. Une bibliothèque spécialisée sur le vieillissement ainsi que plusieurs publications sont aussi disponibles.

Affilié à l’Université de Sherbrooke, le CSSS-IUGS a une double désignation universitaire. Son Centre affilié universitaire et son Centre de recherche sur le vieillissement regroupent plus de 100 chercheurs dont la majorité se concentre sur le vieillissement afin de prévenir, retarder ou pallier la perte d’autonomie des personnes âgées.

Vieillissement démographique

On parle du vieillissement démographique lorsque la proportion que représentent les groupes des personnes âgées dans l’ensemble de la population croît plus rapidement que celle des autres groupes d’âge. On estime que, d’ici 2051, la proportion des personnes de plus de 65 ans passera de 16 % à 28 % au Québec. C’est un phénomène mondial touchant toutes les sociétés qui connaissent à la fois une baisse de la fécondité et une augmentation de l’espérance de vie.

Mais à quel âge devient-on une personne âgée? Est-ce vraiment à la retraite? Ou est-ce plutôt lorsqu’on donne des signes d’incapacité ou de perte d’autonomie, d’attributs physiologiques de la vieillesse liés à d’importants problèmes de la santé? Si cela arrive de plus en plus tard dans le parcours de vie, l’impact sur l’organisation des soins de santé à prodiguer à cette clientèle est important.

Vieillir chez soi

Lorsque des problèmes d’autonomie surviennent, qu’ils soient temporaires ou évolutifs, les personnes âgées doivent d’abord compter sur leur milieu de vie, leurs proches, leur communauté, afin de surmonter cette épreuve. Les aidants naturels, ou proches aidants, sont les ressources de première ligne.

En 2007, le nombre de personnes apportant une aide et des soins à un malade chronique de 65 ans et plus atteignait 2,7 millions, soit 670 000 personnes de plus qu’en 2002. Plus de 40 % de ces aidants doivent utiliser leurs épargnes et s’absenter de un à deux mois de leur travail. Leurs revenus familiaux sont inférieurs à 45 000 $.

Les aidants naturels assument 80 % des soins de santé à domicile, ce qui équivaut à plus de 9 milliards de dollars de soins non rémunérés annuellement.

Il existe plusieurs ressources pour soutenir les aidants.

L’Appui
Suite à sa consultation publique menée en 2007, le gouvernement du Québec a créé le Fonds de soutien aux aidants naturels en partenariat avec la fondation de la famille Chagnon. L’Appui national est un OBNL créé pour gérer ce fonds. Il met sur pied des Appuis régionaux qui à leur tour financent des initiatives qui bonifient l’offre locale de services, notamment par le développement de ressources d’information, de formation, de soutien psychosocial et de répit.

Le site se veut un centre d’information pour tous les aidants. De plus L’Appui a lancé en novembre 2012 une ligne info-aidant : 1 855 8LAPPUI (1-855-852-7784)

Aider, naturellement
Une série de 12 capsules vidéo, en ligne, réalisée par Connexion-Lanaudière, une entreprise d’économie sociale en partenariat avec le Regroupement des aidants naturels du comté de L’Assomption (RANCA), le Réseau des aidants naturels D’Autray (RANDA) ainsi que la Centre de santé et de services sociaux du Sud de Lanaudière (CSSS-SL).

Le réseau Entre-Aidants
Créé en 2003, inspiré par un projet développé au Royaume-Uni, le réseau offre gratuitement des renseignements et du soutien aux proches aidants et à leurs familles par le biais de téléconférences.

Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ)
Fondé en 2000, le regroupement est issu de nombreuses associations locales qui ont commencé à se regrouper au début des années 1990. Il compte maintenant une quarantaine de groupes, présents dans la majorité des régions, chacune des associations locales regroupant des centaines de personnes aidantes.

L'Institut universitaire de gériatrie de Montréal
Affilié à l’Université de Montréal, cet institut est un centre de soins spécialisés, de développement et de partage du savoir sur le vieillissement et la santé des personnes âgées. Il possède une bibliothèque qui contient 18 000 références accessibles dans le catalogue Germain (catalogue.iugm.qc.ca) et un site Internet de référence à l’intention des proches aidants (www.aidant.ca), et a plusieurs publications à son actif sur différents aspects de la santé des aînés (brochure, DVD, site web).

Centre de recherche et d'expertise en gérontologie sociale (CREGÉS)
Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Cavendish a un statut de CAU (Centre affilié universitaire), ce qui lui donne, en plus de ses mandats de CSSS, une responsabilité de recherche, d’enseignement et de développement des pratiques. C’est ainsi qu’est né le CREGÉS, qui aborde la gérontologie sous l’angle des enjeux sociaux liés au vieillissement.

La qualité des soins

La qualité des services offerts à domicile est au cœur des préoccupations de tous les intervenants. On peut la mesurer selon une douzaine de facteurs qui s’articulent autour de trois axes : le relationnel, soit la relation entre le patient et celui qui lui prodigue soin ou support (respect, confidentialité, empathie), l’organisationnel, soit l’environnement dans lequel est placée cette relation (simplicité, confort, rapidité, continuité, accessibilité), et le professionnel, la nature de cette relation (fiabilité, responsabilisation, apaisement, solidarité).

Une enquête de satisfaction auprès des personnes en perte d'autonomie, réalisée en 2007 pour le compte de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (publié en 2010) et offerte sur le site de Bibliothèque et archives nationales du Québec (collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1972222 ), démontre que les soins à domicile et l’appui des proches aidants sont les deux points ayant obtenu les plus hauts taux de satisfaction.

Lectures suggérées

Francine DUCHARME, (2006), Famille et soins aux personnes âgées : enjeux, défis et stratégies, Montréal, Beauchemin, 210 p.

Destiné aux familles, aux intervenants du réseau de la santé et aux étudiants, ce livre vise à permettre une meilleure compréhension de l’expérience d’aidant et à amener des changements dans les politiques et les services existants.

Sylvie KHANDJIAN, (2011), Je prends soin de mes parents : guide complet conçu au Québec, Montréal; Éd. Caractères, 260 p.

Un guide pour aider ses parents à rester chez eux le plus longtemps possible, pour prendre soin d’eux s’ils sont en perte progressive ou soudaine d’autonomie, pour connaître les ressources pour chaque région du Québec et pour tous les budgets.

Jean-Luc HÉTU, (2011), Guide des proches aidants : L'accompagnement des aînés à domicile, Longueuil, Groupéditions, 158 p.

On y présente des conseils destinés autant aux proches aidants qu'aux aînés : comment composer avec les déclins sensoriels et cognitifs, comment entretenir son réseau de soutien, comment cheminer vers la fin de la vie.

Politique Vieillir et vivre ensemble chez soi, dans sa communauté, au Québec

La politique du ministère de la Famille et des Aînés, en collaboration avec le ministère de la Santé et des Services sociaux, ainsi que plusieurs documents synthèses sont offerts sur ce lien.